THIS PAGE IN ENGLISH HERE

Explosion Explosion nucléaire simulée au-dessus du polygone de Wittstock en 1967. La bombe de type IAB-500 fut largée par un Su-7 au cours d'une ressource (LABS). © USMLM.

Simulated nuclear explosion above the Wittstock range in 1967. The IAB-500 bomb was released from a Su-7 during a LABS manoeuvre. © USMLM.
Les forces aériennes du pacte de Varsovie ont reçu un grand nombre d'armes nucléaires au début des années 60. Durant cette période, le bombardier tactique Yak-28 "Brewer" et le premier véritable chasseur-bombardier à réaction soviétique, le Su-7 "Fitter", entrèrent en service augmentant ainsi les capacités offensives. Les armes nucléaires et les infrastructures adaptées étaient positionnées sur ce qui aurait été la première ligne en cas de confrontation avec l'Ouest : en RDA, Pologne et Hongrie. Les divisions d'aviation de nature purement offensive mettaient en oeuvre ces nouveaux armements et leurs structures en République démocratique allemande et en Pologne étaient représentatives. Le fer de lance était la 132.BAD à l'est de Berlin, supportée par la 125.IBAD (plus tard ADIB) au nord et la 105.IBAD au sud de la RDA. La 149.IBAD de la 4.VA était basée au sud-ouest de la Pologne. Les capacités offensives des unités aériennes soviétiques n'étaient pas aussi élevées en Hongrie. La 36.VA n'alignait que deux régiments ayant un potentiel nucléaire : un basé à Kunmadaras et un second à Debrecen. Au cours des années 50, ces unités étaient essentiellement équipées de MiG-17 "Fresco" et d'Il-28 "Beagle". Ces appareils furent remplacés par des Su-7 ainsi que des Yak-28 lors de la décennie suivante. La montée en puissance du dispositif donna naissance à une force composée d'environ un tiers d'appareils ayant pour mission l'attaque conventionnelle et deux tiers pouvant effectuer des frappes nucléaires tactiques. Le déploiement des Su-17M/M2 "Fitter-C/D" et des MiG-27 "Flogger-D" au cours des années 70, signifia que toutes les unités aériennes offensives en Europe de l'Est disposaient désormais d'une capacité nucléaire, tandis qu'un nouveau potentiel offensif voyait le jour dans les années 80 avec la mise en service des Su-24 "Fencer-B/C".

La découverte par les occidentaux

SA-3 Une batterie de missiles sol-air 5V24 - système S-125 (SA-3 'Goa') - photographiée par une équipe "Air" de la USMLM à Köthen en 1973. © USMLM.

A S-125 SAM system battery photographed by a USMLM air team at Köthen in 1973. © USMLM.
Un incident intéressant démontre la haute priorité accordée aux bases abritant des installations de première génération pour ces armes "spéciales" comme les appelaient les soviétiques. Au début de l'été 1967, tirant les leçons de la guerre des six jours, deux douzaines de sites de missiles sol-air furent activés en RDA en seulement quelques mois. Le travail de construction d'un tel site fut découvert à Brand en août 1967 par les Missions militaires de liaison alliées. Ce site accueillait des systèmes de missiles sol-air d'un type nouveau, les S-125 Neva (SA-3 "Goa"), premiers du genre à être déployés en RDA. Le 668.BAP équipé de Yak-28 était stationné à Brand et il disposait d'un site de stockage pour armes nucléaires tout proche, en faisant ainsi le fer de lance des forces aériennes soviétiques en Europe de l'Est. Mais il fallut quelques évènements hors du commun pour que l'Ouest découvre enfin que des armes nucléaires avaient bien été déployées en Europe de l'Est.

Le potentiel nucléaire de la 24.VA en 1967

Su-7BM En fait, l'OTAN était très mal informé sur le potentiel nucléaire de l'aviation ennemie au milieu des années soixante. La construction de cinq sites en RDA, Pologne et Hongrie fut repérée presque immédiatement et très documentée. Pourtant, la nature du matériel stocké était inconnue. Des documents secrets de la CIA et de la USMLM (United States Military Liaison Mission in East Germany - voir > liens) désormais déclassifiés nous éclairent un peu plus. Un document datant de décembre 1964 intitulé "Les capacités des forces soviétiques à usage général" ("Capabilities of Soviet General Purpose Forces"), contenait un résumé surprenant : "Nous n'avons jusqu'à présent découvert des armes nucléaires qu'en URSS. Si les Soviétiques ne stockaient pas de telles armes en Europe de l'Est (dans sa partie occidentale), ces dernières nécessiteraient un effort logistique important et demanderaient beaucoup de temps [pour les acheminer sur place]."

Abris L'entrée des abris de première génération de Type 641 pour armes nucléaires était surmontée d'un portique équipé de treuils afin de charger les armes sur des véhicules (Finsterwalde). © S.Meeter.

The entrance of the first generation Type 641 storage shelters for nuclear weapons were dominated by a gantry equipped with winches to load the weapons on vehicles (Finsterwalde). © S.Meeter.
"Ils auraient besoin d'un grand nombre d'avions de transport An-12 pour une tâche de cette ampleur. C'est pour ces raisons que nous croyons qu'il stockent déjà ce type d'armes près du "front" [la RDA]. Cependant, cela reste non confirmé pour nous." La première preuve d'activités d'entraînement avec des armes nucléaires peuvent être trouvées dans le rapport annuel de la USMLM en 1967. L'unité impliquée était le 20.GvIBAP. "Le 4 août, des "Fitter" basés à Parchim ont éxécuté des manoeuvres LABS [bombardement en ressource] au-dessus du polygone de bombardement de Gadow-Rossow avec des bombes soufflantes ["bombs with air burst"] qui provoquaient un nuage [de fumée] jusqu'alors jamais observé, ayant l'apparence de celui provoqué par une explosion nucléaire."

IAB-500 Il est plus que probable que la bombe utilisée était du type IAB-500. Conçue pour l'entraînement à l'usage des bombes nucléaires tactiques - chargement, transport et garde - la bombe IAB-500 (Imitatsionnaya Aviatsionaya Bomba - bombe d'aviation de simulation) qui utilisait le même corps aérodynamique que la bombe nucléaire tactique 8U49, était également une arme conventionnelle en elle-même. Sa composition interne comprenait 150kg de kérosène, 58kg de phosphore blanc et 34kg d'explosifs (TNT et TGA 11). La détonation des explosifs au-dessus de l'objectif (1) brisait le corps de la bombe et libérait le phosphore qui, à son tour, enflammait le kérosène. L'explosion provoquée par cette bombe engendrait une boule de feu qui était immédiatement suivie par un nuage en forme de champigon (le phosphore lui donnait une couleur blanche réaliste) qui se développait rapidement en ondoyant, tel le nuage produit par une explosion nucléaire. Des témoins affirmaient que ces nuages pouvaient atteindre jusque 200 mètres de hauteur !

LABS à Gadow-Rossow

Su-7 Photo de propagande montrant des Su-7 du 20.GvIBAP sur la piste de réserve de Gross Dölln, au cours des années 70. C'est à cette époque que l'aérodrome s'est vu doter d'abris pour armes nucléaires de type Granit-2. © Collection HM.

This propaganda picture taken during the 1970s shows Su-7s of the 20.GvIBAP on the reserve runway at Gross Dölln. The Granit-2 nuclear weapons shelters of the base were built during the same period. © HM collection.
IAB-500 A partir des années cinquante au plus tard, la CIA mena régulièrement des études annuelles sur le programme nucléaire soviétique. En 1961, ce document qui contenait toutes les informations disponibles par la CIA sur les infrastructures nuléaires de l'Aviation Frontale mentionnait vaguement : "Nous pensons que les Soviétiques ont des sites de stockage opérationnels sur quelques aérodromes occupés par la Force Aérienne Tactique [l'Aviation Frontale] en Europe de l'Est. Etant donné qu'aucun site de stockage pour les têtes nucléaires tactiques n'ont été identifiés en Europe de l'Est, il est possible que les sites situés sur les aérodromes offrent une capacité de stockage limitée aussi bien pour les unités de missiles tactiques ["Frog" et "Scud"] que pour la Force Aérienne Tactique soviétque. Nous ne savons pas si les Soviétiques stockent actuellement des armes nucléaires dans des sites en Europe de l'Est." Le centre d'intérêt des services de renseignement occidentaux portait sur les installations de stockage possibles et les activités d'entraînement des unités de l'Aviation Frontale. Ces dernières allaient permettre une appréciation plus juste du potentiel disponible plutôt que les suppositions à propos des infrastructures nucléaires. Le rapport annuel de la USMLM pour 1969 était très informatif quant aux profils de vol; les activités du 20.GvIBAP basé à Parchim étaient tout à fait représentatives : "Le 5 février, des "Fitter", "Moujik" [Su-7 biplace] et "Fresco-C" furent observés lors de multiples décollages et atterrissages. Les "Fitter" furent également vus approchant en altitude et, alors qu'ils arrivaient au niveau du centre de la piste, ces derniers exécutaient une montée verticale lors d'une manoeuvre LABS simulée." Les équipes "Air" de la USMLM mentionnaient des explosions nucléaires simulées répétées sur le polygone de tir de Gadow-Rossow, au sud de Wittstock : "Un "Fitter" vraisemblablement venant de Rechlin-Lärz fut observé lors de manoeuvres d'entraînement LABS au-dessus du polygone de bombardement et de tir de Gasow-Rossow le 12 juin. Au cours de l'une de ces manoeuvres, le "Fitter" lâcha une bombe lors d'une montée à environ 90°. Terminant cette montée par un Immelmann, il quitta le polygone en se dirigeant vers le nord. Une tactique similaire de bombardement fut observée sur ce même polygone en août 1967."

Corridors LABS "Ces deux situations différaient cependant dans le sens où le bombardement observé au mois d'août 1967 résulta en une explosion qui produisit un grand nuage en forme de champignon gris-noir, tandis que la larguage observé dernièrement résulta en une explosion au sol normale." Des observations similaires concernaient également les 559 et 497.IBAP, respectivement baés à Finsterwalde et Grossenhain, au sud de la RDA. Cela prouvait la capacité nucléaire de toutes les unités volant sur Su-7 "Fitter-A" : "Le 7 octobre, un "Fitter" stationné à Finsterwalde exécuta un minimum de quatre manoeuvres LABS simulées. L'appareil passa au-dessus de l'aérodrome à environ 600 mètres, exécuta une ressource pour une montée verticale jusque 1000 mètres, passa sur le dos quelques secondes et exécuta un demi-tonneau pour s'éloigner vers l'ouest. Un programme très actif de navigations locales, des touch-and-go, des manoeuvres LABS et peut-être des passes sur les champs de tir, furent exécutées par des "Fitter" et des "Moujik" de Grossenhain le 9 octobre."


Low-Altitude Bombing System - Bombardement en ressource

Afin de larguer une arme avec précision lors d'un bombardement en ressource, le système d'armes original devait comprendre un équipement supplémentaire de sélection et d'information. Ce dernier était appelé PBK (Pritsel dliya Bombometaniya s Kabrirovaniya) ou viseur de bombardement en tanguage. Cet équipement prenait la forme d'un boîtier séparé ajouté au tableau de bord (en haut à gauche) sur les jets anciens comme le Su-7. La procédure d'approche à basse altitude nécessitait la connaissance d'un point fixe initial qui pouvait être identifié visuellement ou par radio, comme une balise radio déposée par un commando ou un hélicoptère. Le boîtier PBK fournissait au pilote les informations nécessaires afin de mener à bien son attaque finale (voir > L'attaque des batteries Hawk). HM.

This chapter is an adaptation of the article entitled 'Nuclear Power' by Stefan Büttner, published in the March 2009 issue of Aircraft Illustrated (Ian Allan Publishing).

notes

(1) A l'instar des bombes nucléaires tactiques, une explosion au-dessus du sol ou au moment de l'impact pouvait être choisie. Les bombes nucléaires tactiques étaient susceptibles d'être larguées selon une manoeuvre LABS ou de manière conventionnelle, en vol horizontal. Dans ce dernier cas, un parachute frein était déployé derrière la bombe.


Special weapons  > Part 2   > Part 3

previous Plan du site - Sitemap next