Pour des raisons à la fois historiques et philosophiques relatives aux modalités de son engagement sur le champ de bataille, l'aviation militaire soviétique a toujours eu une vocation essentiellement tactique, sa raison d’être était avant tout le support aux forces terrestres. Ainsi en allait-t’il pour les avions et hélicoptères mis en oeuvre par l'Aviation de l’Armée de terre (Armeiskaya Aviatsiya - AA) et les Forces aériennes militaires (Voenno-Vozdouchnyi Sily - VVS) soviétiques basées en République démocratique allemande.

Pratiquement la totalité des véhicules à roues de l'Armée soviétique étaient ornés du badge ci-contre à droite. Les lettres "CA" étaient l'abbréviation en caractères cirylliques de Sovietskaya Armiya. A partir de 1992, ce dernier fut progressivement remplacé par un nouvel emblème ci-contre à gauche, reprenant les initiales "ZGV" du Groupe des Forces Ouest.

On the right, the badge of the Soviet Army, which was painted on most wheeled vehicles. It was progressively replaced by the new badge of the Group of Western Forces, left.
Intégrés à ce que l’appareil militaire soviétique désignait sous le nom de Théâtre d’opération militaire occidental (Zapadnyi Teatr Voennikh Deystviy - ZTVD), comprenant la R.D.A., la Pologne, la Tchécoslovaquie, les pays Baltes et les districts militaires de Biélorussie, ces appareils formaient la composante aérienne du Groupe des Forces Ouest (Zapadnaya Grouppa Voïsk - ZGV) - commandement en charge de l'ensemble des forces soviétiques, aériennes comme terrestres, stationnées sur le territoire de l’ex-R.D.A. (1)

Weimar-Nohra Cette vue partielle de Weimar-Nohra dévoile quelques-un des Mi-24V du 336.OVP. Les infrastructures étaient réduites au minimum, les appareils devant en effet être déployés immédiatement sur la ligne de front en cas de conflit. A l'avant-plan, la double clôture caractéristique des bases soviétiques. © H.Mambour.

Some Mi-24V of the 336.OVP can be seen on this view of Weimar-Nohra. Soviet helicopters were always parked outside and obviously did not suffer from that treatment with the exception of their paint scheme. Maintenance hangars, generally inherited from the Luftwaffe, were however available on each base. © H.Mambour.

Les moyens aériens du ZGV, ou ЗГB en cyrillique, regroupaient d'une part les quelque 700 avions de combat de la 16ème armée aérienne (16 vozdouchnaya armiya - 16.VA) et d'autre part les quelque 600 hélicoptères de l'Aviation de l’Armée, attachés aux cinq armées terrestres soviétiques stationnées en Allemagne orientale (voir > Ordre de bataille 16.VA & Ordre de bataille AA)
Répartis sur une trentaine de bases, avec à leur tête l’adjoint direct au commandant-en-chef des armées soviétiques en Allemagne, ces moyens aériens, avant leur désagrégation progressive et leur transfert en date du 7 mai 1992, par décret du président Boris Elstine, sous l’autorité unique de la Russie, avaient comme objectif principal la supériorité aérienne et l'appui aérien direct en support des opérations des armées du pacte de Varsovie en Allemagne orientale.
L'implantation géographique des unités aériennes du ZGV sur le territoire de l’ex-R.D.A., la plupart du temps sur d'anciens terrains d'aviation de la Luftwaffe (voir > Survivances de la guerre et ordinaire soviétique en Allemagne réunifiée), était très typique de la philosophie à la fois agressive et défensive adoptée le long du rideau de fer par les forces du pacte de Varsovie jusqu’en 1990. Elle Mi-8MTV-2 La première ligne de défense du ZGV en termes de moyens aériens, était constituée par les hélicoptères de type Mi-8 et Mi-24 de l'Aviation de l'Armée. Le Mi-8MTV-2 illustré ci-contre était une machine de transport et d'attaque. © H.Mambour.

The first deployment line of the WGF aviation forces was composed of Mi-8 and Mi-24 helicopters from the Army Aviation. Except for specialized models, only two types of Mi-8 were still present in Germany before the troops general withdrawal: the Mi-8T and the Mi-8MTV-2 illustrated here. © H.Mambour.
s'articulait en trois grandes lignes étirées sur quelque 300 kilomètres (voir > cartes ) :

- La première de ces lignes de déploiement était située sur une profondeur de 50 à 80 kilomètres le long de l'ancienne frontière inter-allemande et était formée par les régiments et escadrilles d’hélicoptères d'attaque, de transport et d'assaut, pour la plupart constitués de Mi-24 ”Hind” et Mi-8 ”Hip”. Elle s’étendait de Parchim (Damm) au nord en Mecklembourg jusqu’à Hassleben et Nohra (Weimar-Nohra) en Thuringe au sud en passant par le coeur du dispositif en Saxe-Anhalt : Stendal (Borstel), Mahlwinkel, Allstedt et Merseburg.

- La deuxième de ces lignes, située entre 100 et 150 kilomètres à l'est du rideau de fer, était constituée par les unités de défense aérienne, équipées essentiellement de MiG-29 ”Fulcrum” et stationnées de Damgarten (Pütnitz) dans le nord au bord de la mer Baltique, jusqu’à Altenburg (Nobitz) en Thuringe tout au sud en passant par Wittstock, Zerbst, Falkenberg (Alt Lönnewitz), Merseburg et Köthen. Une seule de ces bases abritait autre chose que des MiG-29, Altes Lager (Jüterbog) où était maintenu un régiment de chasse doté de MiG-23MLD ”Flogger”. Une autre base échappait également à la logique de ce dispositif, Finow (Eberswalde-Finow) dont les intercepteurs MiG-29 avaient pour mission principale la défense aérienne de la capitale de la République démocratique allemande : Berlin.

- La troisième et dernière ligne, établie en profondeur jusqu’à la frontière polonaise, était composée par les unités mettant en oeuvre des avions d'assaut et d’appui tactique de divers types: MiG-27 ”Flogger” à Lärz (Mirow), Brand (Brand-Briesen), Finsterwalde et Grossenhain; Su-17 ”Fitter” à Neuruppin et Gross Dölln (Templin); Su-25 ”Frogfoot” à Tutow (Demmin-Tutow) et Brandis.

MiG-25RBF Les moyens de reconnaissance de la 16.VA étaient, quant à eux, dispersés soit à proximité immédiate du rideau de fer, comme les Su-17 ”Fitter” d'Allstedt, ou légèrement en retrait, tels les Su-24 ”Fencer” et MiG-25 ”Foxbat” de Welzow (Spremberg) et de Werneuchen. Cette dernière base abritait également une poignée de MiG-25 spécialement dévolus à la détection et à la destruction des sites radars et de missiles sol-air de l’OTAN (un équivalent à la célèbre mission “Wild Weasel” des Américains). Les multimoteurs de transport, de reconnaissance et de guerre électronique Antonov An-12 ”Cub”, An-24 “Coke”, An-26 ”Curl”, Toupolev Tu-134 “Crusty” et autres Iliouchine Il-20 ”Coot” étaient, pour leur part, basés près du quartier général de Wünsdorf (Zossen) à Sperenberg. Un régiment de transport de théâtre doté d’hélicoptères lourds Mi-6 “Hook” et moyens Mi-8 “Hip”, basé à Oranienburg au nord du grand périphérique berlinois, venait compléter ce dispositif épaulé par l’aviation militaire est-allemande.

notes

(1) Par analogie aux appellations adoptées pour les autres groupes de forces soviétiques en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Hongrie, ce qui s’appela entre juin 1945 et mars 1954 le Groupe des Forces d’Occupation Soviétiques en Allemagne (Grouppa Sovetskikh Okkoupatsionniy Voïsk v’Germanii - GSOVG) puis, après cette date simplement le Groupe des Forces Soviétiques en Allemagne (Grouppa Sovetskikh Voïsk v’Germanii - GSVG), prenait, le 1er juin 1989, le nom de Groupe des Forces Ouest (Zapadnaya Grouppa Voïsk - ZGV).


The Air Assets of the Western Group of Forces  > Part 2

previous Plan du site - Sitemap next