THIS PAGE IN ENGLISH HERE

Reconstituer la chronologie des regroupements, des échanges de dotations et des relocalisations successives opérées par les unités de l'Aviation de l'Armée ex-soviétique en Allemagne au cours de leur retraite s'avère un travail aussi difficile que fastidieux. Sujet souvent dédaigné et donc très largement méconnu, les régiments et escadrons indépendants d'hélicoptères de l'Armeiskaya Aviatsiya n'ont pas, loin s’en faut, bénéficié de la couverture médiatique dont ont été l'objet les unités sur avions de combat de la 16.VA. Cette discrétion, tout autant que la faible propension à communiquer des autorités militaires russes (et nous ne parlons pas ici de la barrrière de langue), sont à l'origine des nombreuses zones d'ombre qui subsistent encore aujourd’hui concernant l'organisation, les mouvements et les désignations exactes de ces unités.

Largement associés aux unités de la 16.VA, dont ils firent longtemps partie et avec lesquelles ils partageaient d'ailleurs neuf bases, les régiments et escadrons de l'Armeiskaya Aviatsiya furent soumis à partir de 1990 à des restrictions de vol similaires à celles auxquelles furent contraints leurs collègues de l'Aviation frontale. Et s'ils continuèrent à brasser avec les pales de leurs machines le ciel de l'Allemagne unifiée ce fut la plupart du temps presque exclusivement pour des vols locaux. Seuls ou à plusieurs, les “Hind”, “Hip” et “Hook” n'effectuaient plus qu'un ou deux jours par semaine des missions d'entraînement qui se réduisaient le plus souvent à des rondes sans fin. Le summum était atteint les jours où étaient programmés des vols de nuit. Ces jours-là, les hélicoptères ne quittaient presque plus le périmètre de leur base ou ses approches. Ils tournoyaient alors, tels de gros insectes autour d'une lampe, des heures durant, en un petit carrousel infernal au cours duquel ils enchaînaient à la queue leu leu décollages et atterrissages.

Mi-24P 30mm shell casings Quelques douilles de 30mm provenant des canons de Mi-24P, ramassées dans le fossé longeant la route 103 près du champ de tir de Retzow! © H.Mambour.

30mm empty shell casings from Mi-24P canons, found in a ditch along the road 103 next to the Retzow firing range! © H.Mambour.
Entraînement donc réduit mais entraînement quand même puisque les sorties avec usage de l'armement de bord restaient encore souvent de mise. Ainsi, il n'était pas rare pour les automobilistes longeant le champ de tir de Retzow, près de la ville de Parchim, de voir certains tronçons de leur route parsemés de douilles de 30 mm ou de 12,7 tombées des “Hind” dont les canonniers ou mitrailleurs avaient eu la gâchette trop rapide ou fébrile.
La procédure de décollage des hélicoptères soviétiques était atypique mais empreinte de bon sens. Après avoir taxié vers une bande de décollage ou la piste, le pilote décollait verticalement afin d'effectuer un vol stationnaire à une hauteur d'environ cinq mètres.

Mi-24V Tirs de roquettes S-5 de 57 mm par un Mi-24 au champ de tir de Retzow. © G.Botquin.

Mi-24 firing 57 mm S-5 rockets at the Retzow firing range. © G.Botquin.
Mi-24V Installation d'un missile antichar Chtourm sur un Mi-24V du 336.OBVP de Nohra. A l'avant-plan, une bombe FAB-50 attend son tour d'être accrochée sous le pylône externe à côté d'un conteneur lance-roquettes UB-32A. © DR.

A Shturm ATGM is being prepared on a Mi-24V of the 336.OBVP from Nohra. A FAB-50 bomb is waiting to be attached under the outboard pylon next to a UB-32A rocket pod. © DR.
Ce petit stationnaire permettait de "sentir" les commandes, les moteurs et d'effectuer quelques contrôles permettant de déceler toute défaillance potentielle avant qu'il ne soit trop tard. Une fois satisfait, le pilote atterrissait avant de lancer sa machine pour un décollage roulé en translation avant. Lorsque la vitesse était suffisante, la queue se soulevait et la machine décollait nez pointé vers le bas afin de gagner rapidement de la vitesse. En configuration "départ d'Allemagne une chaude journée d'été", un Mi-8T réservoirs pleins, équipé d'un réservoir supplémentaire en soute et cette dernière saturée de bagages, décollait vers 120 km/h. Qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il neige, ces hélicoptères étaient quasiment toujours dispersés en plein air, ceci même lorsqu'ils étaient affectés sur des bases mixtes équipées de hangars et abris blindés pour avions. Quand ils n'étaient pas utilisés, ils recevaient pour seule protection des bâches lacées. Ce traitement rustique ne semblait toutefois pas affecter leur bon fonctionnement, une preuve supplémentaire, si besoin en était, de la robustesse de ces machines.

Mi-8 Un Mi-8MT au champ de tir de Retzow tire une roquette S-5. © G.Botquin.

A Mi-8MT firing a S-5 rocket at the Retzow range. © G.Botquin.
Mi-8 bombe

Ivan, go home!

Du puissant dispositif de l’Armeiskaya Aviatsiya dans l’ex-R.D.A. il ne subsiste plus aujourd'hui qu'une série de bases désertes ou reconverties. Les premières unités à avoir évacué des lieux où elles étaient désormais devenues indésirables, furent, en 1991, le 225.OBVP d'Allstedt, le 485.OVP BU de Brandis, le 486.OVP BU d'Altes Lager, le 487.OVP BU de Gross Dölln (dont le QG était à Prenzlau) et le 296.OVE BU de Mahlwinkel ainsi que le 9.OVE BU de Neuruppin. Ce retrait prenait d’abord la forme d'une série de regroupements et de relocalisations puisque les hélicoptères du 9.OVE BU de Neuruppin s'en allaient à Oranienburg, permettant ainsi la fermeture définitive de leur base d'origine, tandis que les hélicoptères du 487.OVP BU de Gross Dölln rejoignaient la plate-forme de Werneuchen, rendue disponible par le déménagement à Welzow de ses derniers MiG-25 “Foxbat”. Enfin le 225.OBVP d’Allstedt et le 486.OVP BU d’Altes Lager, quant à eux, quittaient définitivement l’Allemagne. Si le 225.OBVP partait le 25 mai 1991 s’établir à Protasovo dans le district militaire de Moscou, le 486.OVP BU partait pour partie à Ayagoz (Kaz.) les 17, 19 et 22 juillet, le reste de l'unité rejoignant Oucharal (Kaz.) le premier août. Ces machines seront finalement intégrées aux forces armées du Kazakhstan après la dissolution de l'URSS. Mais l'année 1991 ne constituait qu'un hors d'oeuvre.

En 1992, sonnait l'heure des grands départs de masse. Pas moins de sept régiments et trois escadrons indépendants évacuaient un total de neuf bases. Dans le cadre du retrait d'Allemagne, le 485.OVP BU de Brandis - dont le QG était à Merseburg - semblait avoir récupéré plusieurs appareils spécialisés tels que de nombreux Mi-9 provenant d'autres unités. Les premiers hélicoptères de l'unité s'envolèrent le 22 avril 1992 au matin pour un vol d'une quinzaine d'heures prévu en neufs étapes afin de rejoindre Alakourtti. Cet aérodrome situé en Carélie russe, en-dessous de Mourmansk, dépendait du district militaire de Leningrad (St Petersbourg). En mai 1998, les effectifs du régiment furent réduits et les éléments restants devinrent le 85.OVE. Cette unité forme désormais un escadron mixte d'hélicoptères intégré à la Base Aérienne n°6960, toujours caserné à Alakourtti. Le 7 juillet, les très discrets appareils du 292.OVE REB de Cochstedt rejoignirent Malino, dans la région de Moscou, où le régiment fut dissous. Entre le 13 et le 16 juillet, c'est le 440.OVP BU de Stendal qui évacuait la base à destination de Viasma à 200 kilomètres au sud-ouest de Moscou en direction de Smolensk, où le personnel allait avoir le privilège de trouver des logements neufs financés par le gouvernement allemand. Le régiment fut ensuite impliqué dans divers conflits dont celui de Tchétchénie où il prit une part importante, certains de ses hommes s'y distinguant particulièrement. Quelques missions de maintien de la paix furent également réalisées en Angola, au Soudan et en Sierra Leone au cours des années 90. En 1999, ses hélicoptères furent transportés par des An-22 à Slatina pour y stationner quelques mois dans le cadre du déploiement russe de la KFOR au Kosovo. Le 440.OVP BU a été absorbé par la Base Aérienne n°6996 en 2009. Cette dernière est composée d'un escadron d'hélicoptères d'attaque et d'un escadron d'hélicoptères de transport stationnés à Viasma.

Le second régiment stationné à Stendal, le 178.OBVP, dont quelques Mi-24P et Mi-8 avaient été redistribués au 337.OBVP de Mahlwinkel, entamait quant à lui sa migration vers la Russie le 16 juillet 1992, lorsque un premier groupe d’appareils composé d’environ 30 Mi-24 et de quelques Mi-8, s’envolait pour une première escale à Nohra avant de repartir pour Kaliningrad. Les hélicoptères atteignirent finalement Koursk-Richkovo le 22 juilet après un total de sept escales. Le même jour, le reste du régiment arrivait à destination après avoir quitté Stendal le 18 juillet. Au cours de ce long voyage, un Mi-24 se posa en urgence dans la campagne polonaise, un moteur ayant dû être stoppé en vol. Ce dernier fut remplacé sur place dès le lendemain. Initiallement, le 178.OBVP devait être transféré à Adji-Kaboul en Azerbaidjan, une république islamiste qui, après la dissolution de l'Union Soviétique, allait entrer en conflit avec l'Arménie pour le contrôle de la région du Haut-Karabakh. Un beau jour d'octobre 1991, le Général Bourlakov lui-même téléphona de bon matin au régiment pour annoncer la bonne nouvelle : le régiment serait finalement redéployé à Koursk. Les magasins vendant de l'alcool, encore peu nombreux à l'époque, furent dès lors dévalisés dans un rayon de 10 kilomètres à la ronde et les activités aériennes prévues pour la journée annulées ! Au cours de la même période, les détachements des 439.OVP BU et 172.OBVP basés à Lärz rejoignaient leur base mère de Parchim. Le 12 août 1992, le 336.OBVP de Nohra s'envolait vers Orechkovo dans le District militaire de Moscou. L'unité participa à divers conflits locaux dont celui de Tchétchénie. Le premier octobre 1997, il était redésigné 45.OVP BU à Kalouga. Cette unité constitue désormais la 6965éme Base Aérienne et est composée d'un escadron d'hélicoptères d'attaque et d'un escadron d'hélicoptères de transport, toujours stationnés à Kalouga. En juin, le 6.OVE BU perdait ses postes de commandement volants ainsi que ses hélicoptères de guerre électronique Mi-6VKP/Mi-22 “Hook-B/C” et Mi-8PPA “Hip-K”, ses derniers éléments évacuant Hellerau le 20 août pour Parchim qu’ils quittaient deux mois plus tard avec les hélicoptères des deux régiments locaux. Le 6.OVE BU aurait été réaffecté à Viasma avec ses hélicoptères de guerre électronique avant d'être finalement dissout. Une partie de ces machines furent probablement intégrées au 440.OVP BU local, lui-même rapatrié depuis Stendal.

La dernière semaine d’octobre et la première semaine de novembre, disparaissaient d’un grand coup de pales les 172.OBVP et 439.OVP BU de Parchim. Ces régiments s'en allaient en direction de Tchernyakhovsk près de Kaliningrad avant de continuer leur voyage, à destination de Kazimovo dans le district militaire de Leningrad pour le 172.OBVP et de Kostroma dans le district militaire de Moscou pour le 439.OVP BU. Mais avant leur départ ils redistribuaient une poignée de leurs hélicoptères à Mahlwinkel, Oranienburg et Werneuchen en échange des machines les plus anciennes de ces bases ou de celles nécessitant un entretien majeur. Aux dernières nouvelles, à peu près à la même époque, le 298.OVE BU d'Hassleben désertait lui aussi ses quartiers pour la Mère patrie, tandis que ses Mi-2 rejoignaient ceux de la 41.OVE BU à Werneuchen. En 1992, disparaissaient aussi définitivement des rangs des derniers régiments appelés à rester en Allemagne jusqu'en 1993-1994 toutes les versions spéciales - entendez les postes de commandement volants et les machines de guerre électronique - du Mi-8/9. En 1993, après le départ de tous les Mi-2 présents à Werneuchen le 24 mars, il fallut attendre la fin du mois de juin pour que l'Armeiskaya Aviatsiya poursuive ses opérations de retraits. Le 29 juin 1993, les ultimes éléments de l’ancien escadron de Neuruppin, le 9.OVE BU, quittaient Oranienburg pour Berdsk Tsentral'niy en Sibérie. L'escadron fut finalement dissous en 1997, une partie du matériel et du personnel étant absorbée par le 337.OBVP, lui aussi transféré à Berdsk en 1994. Le 41.OVE BU de Werneuchen déménageait de son côté pour Klokovo, dans le district militaire de Moscou, en juillet 1993.

Au cours de la seconde semaine d'août 1993, Werneuchen se vidait progressivement des hélicoptères du 487.OVP BU. Un long voyage vers le Caucase puisque le 487.OVP BU est aujourd’hui basé à Boudennovsk (comme les Su-25 “Frogfoot” de l’ancien 368.OChAP de Tutow). Ce régiment a désormais été absorbé par la Base Aérienne n°6971 toujours à Boudennovsk. L'unité réorganisée est composée d'un escadron d'hélicoptères d'attaque et d'un escadron d'hélicoptères de transport. En 1994, il ne restait plus que trois bases d'hélicotpères de l'Armeiskaya Aviatsiya et des VVS (1) encore actives en Allemagne : Mahlwinkel, Sperenberg et Oranienburg. Les premiers appareils à migrer furent les hélicoptères Mi-6, Mi-8 et Mi-24 du 113.OVE BU de Sperenberg qui, entre avril et juin, quittèrent leur base brandebourgeoise par petits groupes pour la Russie. La destination finale d'un de ces groupes, parti le 28 avril, était la base de Kalouga à 200 km au sud de Moscou. Le vendredi 13 mai, dix-neuf hélicoptères du 337.OBVP de Malhwinkel prenaient à leur tour la direction de l'est pour un long voyage d'environ 7000 kilomètes à effectuer en une dizaine de jours ! Leur destination finale était en effet Berdsk, près de Novossibirsk en Sibérie. Les 16 et 24 mai, ils étaient suivis par les trente-huit dernières machines du régiment.

Malheureusement, le 16 mai, peu après l'escale pour ravitaillement prévue à Oranienburg, un Mi-24V “Hind-E” (bort 36), surchargé et probablement victime d’un problème technique (le presse locale fit mention d'une déficience physique du pilote), s'écrasait à Fichtengrund, à environ deux kilomètres de la ville d’Oranienburg. Il prenait aussitôt feu. Si le pilote et le copilote sortaient choqués mais presque indemnes de cet accident, le mécanicien de bord, coincé dans le fuselage en feu, était grièvement blessé. Le 337.OBVP changea de désignation pour devenir un régiment de combat et de contrôle (OVP BU) en 1997. L'unité participa aux opérations en Tchétchénie à partir de janvier 2000, ainsi qu'à diverses missions en Afrique sous la tutelle de l'ONU. Cette formation réduite est désormais une composante de la Base Aérienne n°6978 depuis la grande réorganisation des forces d'aviation russes d'octobre 2009 : un escadron de Mi-24 reste basé à Berdsk, tandis qu'un escadron de Mi-8 occupe Tolmatchevo. En mai 1994, le chant du cygne était proche, Oranienburg seule restait encore à évacuer. Les ultimes hélicoptères du ZGV allaient bientôt abandonner leur base dont la piste devait devenir quelques années plus tard une portion du prolongement de la route B96 joignant cette dernière au Berliner ring ! Les 1er et 4 juin s'en allaient les deux escadrons de Mi-6A “Hook-A” du 239.OGVP vers Kalinov en Ukraine, rapidement suivis les 8 et 15 juin par la trentaine de Mi-8 “Hip” du régiment; destination finale Iéfremov dans la région de Toula juste au-dessus d’Orel. C'est finalement à un Mi-8 de cette unité ayant raté son départ suite à un problème technique que revint l'honneur de clore une page de l'histoire du XXe siècle en devenant l'ultime aéronef d'une unité de combat constituée de l’ex-armée soviétique à quitter le sol et l'espace aérien de la défunte Allemagne de l'Est.

Farewell Prachtchaï Mahlwinkel! (16/05/94). © H.Mambour

notes

(1) A noter que les 113.OVE BU, 239.OGVP et 292.OVE REB étaient directement subordonnés au QG de la 16.VA. Ces unités sont toujours restées
     sous la tutelle des VVS.

previous Plan du site - Sitemap next