THIS PAGE IN ENGLISH HERE

Beagle

Il-28R Un Il-28R du 11.ORAP à Welzow en 1956. On notera l'absence de canon du côté droit sous le nez vitré. © Archives famille V.Bachaev.

An Il-28R of the 11.ORAP at Welzow in 1956. One can see that the right gun was not mounted under the glazed nose. © V.Bashaev family archives.
11.ORAP L'association avec l'Allemagne et la base de Welzow du 11ème Régiment autonome d'aviation de reconnaissance "Vitebskiy", décoré des Ordres de Koutouzov de troisième classe (1) et du Drapeau rouge, a connue une période ininterrompue lorsque cette unité s'y est installée en juillet 1954 pour n'en repartir qu'en juin 1993, dans le cadre du retrait généralisé des forces soviéto-russes de l'ancienne RDA. Le 11.ORAP fut activé en août 1942 dans le district de Kalinine. Il volait alors sur Petlyakov Pe-2(R), un type appareil qu'il ne devait abandonner que dix ans plus tard, en 1952, au profit de l'Iliouchine Il-28R. C'est donc, avec 32 "Beagle" que débarqua le régiment à Welzow (2) en 1954, en provenance de Jekabpils en Lettonie, après que le 294.ORAP ait quitté les installations avec ses MiG-15bisR pour Altenburg. Ce dernier régiment semble avoir été pris pour une unité d'écolage par la CIA comme en témoigne le rapport du 23 septembre 1954 qui précise que la rotation du 11.ORAP vers Welzow a impliqué six Li-2 "Cab" et deux planeurs Yak-14 "Mare" (> Lien).
La version de reconnaissance du biréacteur Il-28 vola pour la première fois le 19 avril 1950. Peu de différences externes le distinguaient de ses congénères bombardiers; le canon situé du côté droit du nez était absent (et l'approvisionnement en munitions du canon restant réduit), mais la principale caractéristique permettant d'identifier un Il-28R était l'adjonction de deux réservoirs de 950 litres en bouts d'ailes (3). De plus, un réservoir de 750 litres pouvait également être installé dans la partie arrière de la soute à bombe - pour faire place aux appareils photo, le réservoir standard n°3 qui se trouvait dans la partie supérieure avant de la soute n'était pas présent sur la version de reconnaissance du "Beagle," mais l'adjonction des réservoirs précités permettait finalement d'augmenter l'autonomie, soit 3040 km au lieu de 2580 km à 10.000 mètres à vitesse de croisière.

Il-28R Il-28R Trois des quatre appareils photo embarqués étaient logés à l'intérieur de la soute à bombes. Les deux premiers étaient de type AFA-33/75 ou /100 (parfois AFA-42/75 ou /100). On trouvait ensuite en troisième position, partiellement sous le réservoir de 750 litres, un petit boîtier AFA-33/20 ou AFA-42/20. Enfin, la suite de reconnaissance comprenait également un quatrième appareil AFA-33 de variante /50 ou /75 (signalons sous toute réserve que des appareils AFA-BA-40 ou AFA-RB sont parfois mentionnées), pointé obliquement vers la gauche, dans la section arrière du fuselage (la trappe fermant l'orifice se trouvait au bas du flanc gauche du fuselage, au niveau de l'emplanture de la dérive verticale). Le compartiment arrière ainsi que la soute étaient chauffés. Il était nécessaire d'ouvrir les portes de cette dernière afin de pouvoir utiliser les appareils principaux. Soulignons au passage qu'un Il-28 de bombardement était toujours susceptible d'emporter à l'avant un boîtier AFA-33 en plus des bombes, tant que ces dernières ou leur agencement dans la soute le permettaient. Lors des missions de reconnaissance nocturnes, les Il-28R emportaient soit deux appareils du modèle NAFA-3s de 500 mm, soit un appareil NAFA-MK-75. Comme vous pourrez le constater sur le document ci-dessous à gauche, il subsiste un doute quant à l'équipement éventuel de la soute arrière.

Il-28R Il-28R De plus, des bombes éclairantes FOTAB-50 de 50 kg (12 exemplaires ou seulement 6 lorsque le réservoir de 750 litres était emporté), FOTAB-100 ou encore SAB-100 occupaient la partie postérieure de la soute.
D'autre part, il est certain que d'autres versions spécialisées de l'Il-28 furent mises en oeuvre aux côtés des Il-28R (et Il-28U "Mascot" d'entraînement) du 11.ORAP. Ces appareils, également livrés à certains "pays frères," auraient pu être des Il-28RTR de reconnaissance électronique (ELINT) avec des réservoirs convertis en conteneurs électroniques présentant un dôme diélectrique à l'avant et à l'arrière (> Lien). D'autre part, des témoignages font état de la présence à Welzow d'un zveno autonome (OAZ) armé d'Il-28PP de guerre électronique dépourvus de réservoirs en bouts d'ailes et disposant d'un second radôme ventral au niveau de la soute à bombes condamnée (> Lien). Ces appareils ont rejoint le 65.OBAE à Oranienburg durant l'été 1973 après la dissolution de cette escadrille. On notera également que certains avions illustrés sur cette page étaient pourvus d'étranges panneaux noirs non identifiés sur les réservoirs en bouts d'ailes.

Il-28R Il-28REB On peut aperçevoir sur cette photo apparemment anodine prise à Welzow entre 1959 et 1961 le bout d'un conteneur caractéristique d'un Il-28RTR de renseignement électronique. © A.P.Telniy/bvvaul-barnaul.narod.ru.

This seemingly innocuous picture taken at Welzow between 1959 and 1961 reveals the wingtip ELINT pod of an Il-28RTR. © A.P.Telniy/bvvaul-barnaul.narod.ru.
L'association du 11.ORAP avec la mise en service des Il-28 est-allemands mérite d'être signalée, bien que la précision historique soit mise à mal par le manque d'informations précises non contradictoires. Les LSK/LV ont mis en oeuvre sept Il-28, deux Il-28R et un Il-28U. Ils furent essentiellement utilisés à des tâches de remorquage ou de larguage de cibles. Les deux premiers "Beagle," livrés en juin 1959 au 3.Staffel du JG-1 (Jagdfliegergeschwader) à Cottbus, auraient été prélevés dans les rangs du 11.ORAP. Logiquement ces avions auraient donc dû être des Il-28R (le seul Il-28U fut livré en 1961). Toutefois, selon les informations disponibles, les deux avions pris en charge en 1959 n'étaient pas des variantes de reconnaissance. D'autre part, du personnel du futur escadron de remorquage de cibles (Zieldarstellungstaffel) a suivi une conversion - théorique et/ou pratique ? - au sein du 11.ORAP. La confusion se renforce lorsque l'on sait que deux Il-28R servirent de bancs d'essais volants pour le réacteur "Pirna" destiné au projet d'avion de ligne civil est-allemand "152" (Baade 152). Le premier appareil est arrivé au printemps 1958 et le second en 1959. 211 vols d'essais furent réalisés entre septembre 1959 et juin 1961. Ces avions furent ensuite transformés en remorqueurs de cibles et transférés aux LSK/LV où ils volèrent avec les codes "180" et "184."

Mangrove & Brewers

Yak-27R Yak-27R En 1966, soit deux ans avant le retrait des Il-28, le troisième escadron du 11.ORAP a reçu en dotation des Yak-27R "Mangrove." Les performances supérieures du nouvel appareil autorisaient désormais les prises de vues à régime de vol supersonique. Il était possible de prendre des clichés jusqu'à 16.000 mètres d'altitude à vitesse subsonique et entre 12.000 et 14.500 mètres à vitesse supersonique. Toutefois, le Yak-27R souffrait d'un important handicap puisque les missions ne pouvaient s'effectuer que de jour et par visibilité suffisante. Le Yak-27R disposait de quatre compartiments photos répartis sur toute la longueur du fuselage. Le navigateur utilisait un viseur optique PV-2R abrité derrière un petit dôme situé sous le nez en guise de viseur pour les appareils photo au-dessus de 1000 mètres. Un premier boîtier fixé en position oblique était logé juste devant l'orifice de la buse de l'unique canon latéral NR-23 de 23 mm monté sur le Yak-27R, à droite. Le logement de ce boîtier, de même que ceux des autres appareils, était protégé par une trappe rétractable; par ailleurs, il n'était pas possible d'actionner le canon quand la trappe photo avant était ouverte. On trouvait ensuite peu après le bord de fuite des ailes une nouvelle soute photo ventrale qui contenait un appareil destiné aux prises de vue topographiques. Plus en arrière, il y avait encore deux trappes derrière lesquelles se trouvaient des appareils en position verticale. Les types d'appareils emportés comprenaient des modèles AFA-42 de différentes focales (variant en fonction des numéros de construction - pairs ou impairs - des avions). Un plus petit boîtier AFA-41/10 vertical était utilisé pour prendre des photographies à petite échelle de bandes de terrain depuis l'altitude de 300-400 mètres, ou pour obtenir une vue générale des objectifs depuis une altitude supérieure.

Yak-28R Yak-28R La carrière du Yak-27R au sein du 11.ORAP devait être de courte durée, puisque dès 1970, le troisième escadron voyait ses "Mangrove" remplacés par des Yak-28PP "Brewer-E" de brouillage électronique. Les premier et second escadrons perdaient quant à eux leurs Il-28R dès 1968 au profit de Yak-28R "Brewer-D". Le Yak-28R, dont la production démarra à Irkoutsk en 1966, fut développé sur la base du bombardier tactique Yak-28I "Brewer-C". Cette nouvelle déclinaison de la grande famille Yak-25/26/27/28 allait mettre un terme à la carrière des derniers Il-28R et Yak-27R au sein des VVS. Bien que dérivé d'un bombardier, ce modèle n'avait plus de soute à bombes à proprement parler. Son ancien emplacement était occupé par trois compartiments recevant les équipements de reconnaissance, répartis sous le centre du fuselage. Le radar de cartographie et de bombardement Initsiativa-2 du Yak-28I fut retenu, mais dans une variante modifiée -2R, remplacée plus tard par un Initsiativa-3 spécialement développé pour le Yak-28R. Le canon bitube GCh-23Ya du "Brewer-C" ne fut par contre pas retenu. Il existait cinq suites de reconnaissance différentes pour le Yak-28R :
- deux appareils AFA-54 de 75 ou 100 mm montés sur bâtis pivotants et un boîtier fixe AFA-42/20 pour la photographie à basse
   altitude;
- suite comprenant un appareil AChtchAFA-8 (4); pour la photographie continue et un appareil AFA-42/20;
- suite comprenant un appareil AFA-41/10 avec un système de stabilisation gyroscopique TAOu-M pour la photographie topographique
   à moyenne et haute altitude;
- suite comprenant un appareil NAFA-Ya7 et un flash SOU-2 pour la photograhie nocturne;
- suite comprenant un système ELINT Romb-4A (Losange) pouvant capter les signaux radar à 365 km de distance depuis une altitude de
   dix kilomètres (250 km depuis 4000 mètres), dans un rayon de 50 degrés (les panneaux diélectriques semblaient situés de part et
   d'autre du cône arrière du fuselage).

Yak-28R Yak-28R Quelques "Brewer-D" furent équipés d'un complexe de reconnaissance par télévision TARK-1 (Televizionniy Aviatsionniy Razvedyvatel'niy Komplex) composé de caméras TV et d'une liaison data link pour transmettre vers une station au sol les images en temps réel. L'antenne de transmission était logée sous le carénage du radar Initsiativa qui n'était pas monté sur cette variante. Un appareil photo d'une focale de 190 mm était également emporté. Cette variante portait la désignation de Yak-28RL. Il n'est pas exclu que d'autres versions dérivées du Yak-28R aient également servi avec le 11.ORAP. Une version de la famille Yak-27/-28 désignée Yak-28RR (Radiatsionnaya Razvedka) emportait à la place des réservoirs externes des conteneurs destinés à mesurer le taux de radioactivité de l'air. Ces derniers, désignés RR8311-100 ou Fouka, ressemblaient à des pods lance-roquettes. La désignation Yak-28RR était cependant trompeuse, car il ne s'agissait pas d'une version du Yak-28R, mais bien du bombardier tactique Yak-28L "Brewer-B". Une dizaine de Yak-28L auraient été convertis pour cette tâche au milieu des années soixante. Cette variante a été positivement identifiée au sein du 931.OGRAP à Werneuchen (voir cette > photo). Le conteneur RR8311-100 fut développé initialement pour le Yak-28, mais il sera par la suite adapté à nombre d'appareils aussi variés que des An-12, des Tu-16 ou encore des Su-27. Bien entendu, le 11.ORAP comptait également dans ses rangs quelques biplaces de transition Yak-28U "Maestro."

Yak-28PP Yak-28PP Schéma du module rétractable rempli d'équipements de CME qui occupait la soute à bombes des Yak-28PP. © DR.

Sketch of the retractable module filled with ECM equipments that fitted the Yak-28PP bomb bay. © DR.
Après le rééquipement des premier et second escadrons avec des Yak-28R à partir de 1968 et le remplacement des Yak-27R du troisième escadron par des Yak-28PP en 1970, le 11.ORAP ne comptait donc plus que des Yak-28 dans ses rangs. Si le régiment a certainement utilisé quelques appareils de guerre électronique à l'époque des Il-28, la prise en charge par un escadron complet de Yak-28PP (PP pour Postanovschik-Pomekh - Brouilleur) allait clairement confirmer que ce régiment était unité mixte pleinement dédiée à la reconnaissance et la guerre électronique. Mêler avions de reconnaissance et de guerre électronique au sein d'un même régiment n'avait rien d'étonnant. La facilité de maintenance de deux cellules quasiment identiques était une première raison évidente. D'autre part, les avions de reconnaissance devaient identifier les menaces sur les axes de pénétration que les avions d'attaque, protégés par les Yak-28PP, devaient emprunter.
Le "Brewer-E" fut construit en série à Irkoutsk à partir de 1970, le 11.ORAP prenant donc en charge sans tarder ce nouvel appareil dédié à la protection des groupes de bombardiers au-dessus du champ de bataille. Afin de brouiller les radars ennemis, le Yak-28PP emportait une suite de contre-mesures électroniques comprenant des systèmes Bouket et SPS-5 / -5M Fasol'-1 (Haricot vert). Ces brouilleurs existaient en plusieurs versions afin de couvrir différentes bandes de fréquences. Ainsi, plusieurs appareils équipés de brouilleurs de différents modèles pouvaient voler ensemble pour parer à toute menace si cela s'avérait nécessaire. Les variantes du Bouket emportées par les Yak-28PP étaient les modèles SPS-22, SPS-44 et SPS-55. Le Fasol'-1 existait quant à lui en quatre versions différentes.

Yak-28PP Yak-28PP Le module rétractable rempli d'équipements de CME qui occupait la soute à bombes des Yak-28PP recouvert de son écran protecteur. © DR.

This retractable module filled with ECM equipments that fitted the Yak-28PP bomb bay was covered by a protective screen. © DR.
L'ancienne soute à bombes avait été remplacée par un module rétractable qui s'abaissait au sol avant d'être enlevé pour toute opération de maintenance ou de contrôle. Il n'était pas possible d'accéder aux équipements sans abaisser cette soute, ce qui rendait le remplacement des modèles de brouilleurs en fonction des missions assez fastidieux. Heureusement, des modules interchangeables firent leur apparition à partir du quatrième lot de production. La suite ECM logée dans ce conteneur comprenait les systèmes Fasol'-1 et Bouket - les antennes de ce dernier étaient abritées sous un long carénage proéminent situé en-dessous de la soute à équipements. Le chariot spécial utilisé pour déplacer le module était muni d'un écran protecteur qui épousait la forme de ce carénage. Il avait été étudié afin de pouvoir tester le Bouket au sol tout en protégeant les personnels des micro-ondes puissantes émises par le système, qui étaient ainsi transformées en chaleur. On retrouvait par ailleurs une antenne du brouilleur SPS-5 sous les nacelles de chaque réacteur. L'électronique à tubes sous vide générant une chaleur considérable, il avait été indispensable de prévoir une ventilation efficace, d'où la présence de trois prises d'air ventrales (deux échangeurs thermiques et une prise d'air au milieu) placées sous le fuselage central, à l'avant du module. Le Yak-28PP jouissait également de moyens passifs de brouillage. Ainsi, deux conteneurs lance-roquettes UB-16-57UM fixés sous des pylônes BD3-60-21UM attachés à l'extérieur des réservoirs supplémentaires, étaient chargés chacun avec 16 roquettes S-5P remplies de dipôles en fibre de verre recouverts de métal. Une fois tirées, ces roquettes explosaient devant l'avion en déployant un nuage de leurres qui créaient un écho radar. Un système de lance-leurres Avtomat-2I ASO-2I assurait la protection contre les missiles à guidage radar et IR. Le tir des leurres pouvait être activé manuellement ou automatiquement via un détecteur d'alerte et de localisation radar SPO-3 Sirena-3. Les deux cassettes KDS-19 contenant les leurres étaient installées sous les nacelles moteur. D'autre part, un complexe Siren' (Lilas) assurait la protection de l'avion en renvoyant de faux échos aux radars de tir ennemis. Ici aussi, le complexe Siren' se déclinait en plusieurs versions : SPS-141, -142 et -143. Son électronique occupait l'emplacement anciennement attribué au canon GCh-23Ya à droite du nez.

Yak-28PP Yak-28PP Parmi les différentes versions du "Brewer", ce sont les variantes Yak-28R et Yak-28PP qui restèrent le plus longtemps en service au sein des VVS, y compris en RDA. Outre l'importance de ce type de machine dans l'arsenal militaire soviétique, il semblerait que leur fiabilité ne fut pas étrangère à cet état de fait, ce qui va à l'encontre des ragots habituels colportés à l'ouest. Les Yak-28PP furent transférés à Werneuchen en juin 1986, où ils formèrent pendant encore quelques mois le second escadron du 931.OGRAP. Toujours en juin 1986, les derniers Yak-28R du 931.OGRAP rejoignirent quant à eux Welzow, où ils prirent la place laissée vacante par le départ des "Brewer-E". Le 11.ORAP avait ainsi perdu son escadron de guerre électronique. Une perte temporaire, puisque les remplaçants des Yak-28PP, à savoir des Su-24MP "Fencer-F", atterrirent à Welzow en 1989. Tous les Yak-28R encore présents en RDA avaient donc été regroupés au sein du 11.ORAP en vue de leurs départ imminent d'Allemagne. C'est que leurs successeurs, de nouveaux Su-24MR "Fencer-E" étaient arrivés à Welzow d'où ils avaient effectué leurs première sorties opérationnelles en février 1986. Les quatorze derniers Yak-28R du 11.ORAP quittèrent définitivement la RDA le 2 juillet de la même année.


Ordre de Koutouzov Veterans Des vétérans du 11.ORAP en visite à Welzow, devant un Yak-28R. © V.N.Akayev/bvvaul-barnaul.narod.ru.

Veterans of the 11.ORAP visiting Welzow, in front of a Yak-28R. © V.N.Akayev/bvvaul-barnaul.narod.ru.
Ordre du Drapeau rouge

notes

(1) Mikhaïl Iliarionovitch Golenichtchev-Koutouzov (Saint-Pétersbourg 1745 - Bunzlau, Silésie, 1813). Fils d’un général du tsar Pierre le Grand et maréchal des armées impériales, Koutouzov fut nommé prince puis commandant suprême de l’armée tsariste en 1812, avant de devenir le commandant des armées de la coalition russo-prussienne en 1813. Il est généralement reconnu comme l’artisan principal de la défaite des armées napoléoniennes lors de la campagne de Russie (juin à décembre 1812).
(2) Egalement connu sous le nom de Neu-Welzow et parfois de Spremberg.
(3) Attention toutefois aux Il-28T torpilleurs de la marine, eux aussi équipés de résevoirs en bouts d'ailes.
     D'autre part, certains Il-28R furent convertis en remorqueurs de cibles (voir > Les remorqueurs de cibles).
(4) Ce type d'appareil photo initialement développé en URSS à partir de 1936 était utilisée afin de photographier de manière continue le sol défilant sous l'avion au travers d'un orifice rectangulaire (schéma de principe ici). La planche contact obtenue se présentait sous la forme d'une image continue en mosaïque. Le boîtier était en principe composé de deux objectifs différents, ce qui permettait d'obtenir en même temps la même image sous deux échelles distinctes.


11.ORAP  > Part 2

previous Plan du site - Sitemap next