Les MiG-21 a capacité nucléaire disposaient d'un boîtier spécial fixé sous l'arceau supérieur du pare-brise, permettant de choisir entre l'armement conventionnel et une bombe nucléaire tactique. Ce boîtier incluait également les différents témoins et interrupteurs dédiés exclusivement à la bombe nucléaire. Des fusibles supplémentaires relatifs à ce boîtier étaient aussi situés ailleurs dans le cockpit. Grâce à ce dispositif, un appareil câblé pour emporter une bombe nucléaire tactique pouvait ainsi soit effectuer une mission de combat classique avec des armes conventionnelles (roquettes, bombes, missiles air-air), soit une mission de combat spéciale armé d'une unique bombe nucléaire.
Les MiG-21SM étaient équipés eux aussi d'un boîtier spécial situé au même endroit, mais dédié au contrôle du conteneur de contre-mesures électroniques SPS-141 et des lance-leurres ASO-2I. De même, les MiG-21R de reconnaissance emportaient également des boîtiers de différents modèles en fonction du type de nacelle de reconnaissance emportée. Bien que d'un aspect extérieur assez semblable, ces divers boîtiers de contrôle ne doivent donc pas être confondus avec ceux dédiés aux armes spéciales.


Control box

Boîtier de contrôle pour MiG-21PFM (94N)

1.   "Protection" - Lampe témoin allumée : dispositif de sécurité armé pour
      empêcher l'explosion de l'arme nucléaire avant larguage
2.   "Accroché"   - Lampe témoin allumée : bombe nucléaire attachée
3.   "Explosion"  - Lampe témoin allumée : bombe nucléaire armée
4.   "Larguage de combat"
5.   Activation du détonateur de l'arme spéciale pour une explosion "en l'air"
      (interrupteur haut) ou au "sol" (interrupteur bas)
6.   "Frein" - activation du parachute de freinalge de l'arme nucléaire
7.   Commutateur de sélection : "roquettes non guidées"
8.   Commutateur de sélection : "missiles K-5" (K-5M = RS-2U / AA-1A "Alkali")
9.   Commutateur de sélection : "bombes" (conventionnelles)
10. Commutateur de sélection : "bombe d'aviation spéciale"
11. "Larguage d'urgence" de la bombe nucléaire (chronologie : d'abord interrupteur
       n°12, puis interrupteur n°11)
12. Interrupteur haut : "Larguage d'urgence avec détonation" / Interrupteur bas :
       "pas de détonation"

Control box

Boîtier de contrôle pour MiG-21bis et MiG-21SMT

1.  "Accroché"  - Lampe témoin allumée : bombe nucléaire attachée
2.  "Explosion"  - Lampe témoin allumée : bombe nucléaire armée
3.  "Protection" - Lampe témoin allumée : dispositif de sécurité armé pour empêcher
      l'explosion de l'arme nucléaire avant larguage
4.  "Larguage d'urgence" de la bombe nucléaire (chronologie : d'abord interrupteur n°5,
      puis interrupteur n°4)
5.  Interrupteur haut : "Larguage d'urgence avec détonation" / Interrupteur bas :
      "pas de détonation"
6.  "Larguage de combat"
7.  Position haute : "bombe d'aviation spéciale" / position basse : "roquettes, missiles,
     bombes, canon"
8.  "Frein" - activation du parachute de freinalge de l'arme nucléaire
9.  Activation du détonateur de l'arme spéciale pour une explosion "en l'air" (interrupteur haut)
     ou au "sol" (interrupteur bas)



Control box

Control box

Section de cockpit d'un MiG-21bis équipé d'un boîtier de contrôle PBK-3. © Laszlo Becz.