C/N MiG-25RB

Voici un document exceptionnel qui détaille les effectifs du premier escadron du 931.OGRAP. Le document complet reprenait également les effectifs du second escadron (Yak-28PP) et du troisième escadron (MiG-25BM). Cette liste fut donc dressée après juin 1986, lorsque les Yak-28PP ont été transférés depuis Welzow à Werneuchen et pas avant la fin de l'année, quand les derniers MiG-25BM arrivèrent au 931.OGRAP.
La première colonne indiquait le numéro de code tactique individuel (bort nomer) de chaque avion.
La seconde colonne indiquait le numéro de construction.
La troisième colonne indiquait vraisemblablement la date de prise en compte de la machine par les VVS ou de sa sortie d'usine.
La quatrième colonne indiquait les équipements spécifiques de l'avion, voire les particularités de ces équipements spécifiques.

- Les n° 01 (numéro effacé) (PHOTO), 02 (PHOTO) et 03 (PHOTO) étaient des MiG-25RU biplaces. Les numéros constructeur commençaient par le numéro d'Article, soit 39 pour la version RU. La lettre "U" (Y) (ou
  plutôt le son "Ou" pour "Ouchebniy," entraînement) en quatrième colonne précisait que les avions étaient des biplaces d'entraînement.
- Les n° 50 (PHOTO), 51 (PHOTO) et 52 (PHOTO) étaient des MiG-25RB équipés de la suite "Sablya" - soit des MiG-25RBS - d'où la lettre "S" (C) en quatrième colonne. Les numéros constructeur commençaient par 02, soit le numéro d'Article de
  toutes les variantes RB. Il y avait une information supplémentaire concernant les avions n°50 et 51 : "P-2" (П-2) indiquait qu'ils avaient été rééquipés avec un complexe de navigation "Peleng-2", soit la version la plus
  aboutie de ce système.
- Les n° 53 (PHOTO), 54 (PHOTO), 55 (PHOTO), 56 et 57 (PHOTO)étaient des MiG-25RB équipés de la suite "Viraj" - soit des MiG-25RBV. On notera que les équipements du n°54 étaient identifiés par les lettres "VF" (BФ) : "V" pour "Viraj" bien entendu,
  mais pourquoi "F" ? On pourraît imaginer que la lettre "F" signifiait "Foto." Cependant, tous les modèles RBV emportaient des appareils photo. L'explication la plus plausible est la suivante : les avions équipés photo
  emportaient généralement quatre boîtiers A-70M et un boîtier A/Ye-10. Le n°54 était quant à lui sans doute équipé de la suite de reconnaissance de précision composée de deux appareils A-82 et d'un boîtier A/Ye-10
  (voir le texte principal de cet article), d'où la nécessité d'une lettre d'identification supplémentaire.
- Les n°58 (PHOTO), 59 et 60 étaient des MiG-25RB équipés de la suite "Koub-3M" comme l'indiquait la lettre "K" (K) - soit des MiG-25RBK. "P-2" (П-2) indiquait qu'ils avaient été rééquipés avec le complexe
  de navigation "Peleng-2."
- Le n°61 était un MiG-25RB équipé de la suite "Tangaj" comme l'indiquait la lettre "T" (T) - soit un MiG-25RBT. Restaient les lettres "FN" (ФН) qui indiquaient sans doute que cet appareil était équipé de deux appareils
  NA-75 destinés à la reconnaissance nocturne (PHOTO).
- Le n°62 était un MiG-25RB équipé de la suite "Char-25" - soit un MiG-25RBF. Il aurait été aisé et logique de conclure que cet avion était plutôt un MiG-25RBCh équipé de la suite "Chompol" comme l'indiquaient les
  lettres "Ch" (Ш) en quatrième colonne. Toutefois un MiG-25RBF codé 62 a été photographié à Werneuchen et Welzow au début des années quatre-vingt-dix et selon les relevés de certains spotters, il portait le
  numéro constructeur 02029105 comme celui repris sur cette liste. Il s'agissait donc bien d'un MiG-25RBF comme l'attestent les photos (PHOTO).

Quelques remarques :
> Selon le spécialiste russe Sergey Bourdine, les avions avec les numéros constructeur 02012179 et 02014125 à 02017125 sont sortis d'usine avec une suite destinée à la reconnaissance nocturne.
> On notera que le n°61 supposé équipé de cette suite n'avait pas un numéro constructeur correspondent (02020305).
> Les n°53, 55, 56 et 57 pour lesquels ne figuraient pas de mentions particulières autres que celle indiquant la variante de leur suite ELINT avaient un numéro constructeur correspondent à une variante de
   reconnaissance nocturne - ce qui n'était pas forcément le cas dans les faits. Le n°55 avait un nez non standard réduit à vraisemblablement deux hublots (PHOTO), ce qui correspondait bien à un équipement photo
   nocturne.
> Le n°54 aurait été identifié grâce à son numéro constructeur dans le parc à ferraille de Werneuchen en août 1993. Il fut également exposé sans moteurs lors d'une journée portes ouvertes à Werneuchen le premier
   mai 1991. Le n°54 photographié (PHOTO) à Welzow en 1991/92 était sans doute une machine de remplacement.
> Il existe un document qui prouve que les MiG-25RBV n°53, 56 et 57 ont été convertis en MiG-25RBT.
> Les n°58, 59 et 60 ont plus tard vu leur suite Koub-3M remplacée par la suite Char-25 : PHOTO n°58 / n°59 / n°60.
> Finalement, on notera que pour le personnel concerné, ces avions n'étaient pas des MiG-25RBV, RBT etc. Les avions étaient identifiés en fonction de leur fiche signalétique qui mentionnait les équipements
   embarqués. A titre d'exemple le n°52 n'était pas connu pour être un MiG-25RBS, mais bien pour être un MiG-25 - de reconnaissance et de bombardement s'entend - équipé d'une suite Sablya. Cette précision éclaire
   de manière différente le tableau ci-dessus.